L’URINE

L'urine au jardin

Quelques élements d’informations concernant la réutilisation de l’urine et ses bienfaits

Pour une grande majorité des gens, utiliser son urine pour fertiliser des plantes s’apparente à de la folie, voir du grand n’importe quoi, ou pire, une mode d’écologiste complètement toc toc. On comprend, on était comme vous quand on était encore ignorants. Pour vous le pipi c’est sale, vous le savez car… c’est votre maman qui vous l’explique depuis que vous êtes tout petit. Mais en êtes vous réellement sûr(e)?

Alors plutôt que d’essayer de vous convaincre avec nos mots (qui ont peu de chances de bousculer vos croyances et les habitudes de toute votre vie), on a préféré vous compiler une liste d’articles et de vidéos. Vous y trouverez un trésor de connaissance et surtout des méthodologies pour utiliser si vous le souhaitez cette formidable ressource d’azote, de potassium et de phosphore. Afin de vous faire culpabiliser un peu avant de vous plonger dans ces lectures passionnantes, sachez que non content de se débarrasser de notre urine d’un geste simple en souillant des litres d’eau potable, on en profite pour polluer (le mot le plus juste serait saturer, mais avec le volume d’urine que l’on rejette on peut également parler de pollution) nos cours d’eau.

C’est qui les champions ? Vous pourriez nous répondre « Héééé c’est pas de notre faute, on y est pour rien, c’est pas nous qui avons choisi que ça soit comme cela » , c’est pas faux, mais ne rien faire ça n’est pas jouer sa part du colibri non plus.

L’urine reste de l’urine même après les traitements de nos stations d’épuration. Les nutriments qu’elle contient sont rejetés dans nos cours d’eau qui du coup se mettent à verdir dans de telle proportion qu’aucune autre espèce ne peut réellement lutter ou résister contre cette prolifération d’algues vertes «boostées» grâce aux nutriments de nos urines. Sans eux (les nutriments ), ces algues et autres plantes vertes aquatiques ne se développeraient pas. Vous voulez le constater vous même ? Observer en amont et en aval d’une station d’épuration les roches bordant le cours d’eau. Cela ne fait qu’une bonne centaine d’année que nous versons massivement de plus en plus (démographie et urbanisation oblige) d’urine dans nos cours d’eau et par conséquent également sur nos littoraux. Avant c’était les sols qui l’absorbaient comme toute l’urine de nos amis les animaux qui si vous l’avez remarqué ne se retrouvent pas dans les lits des rivières pour uriner ou déféquer… Ah bon mais alors eux ils savent, oui tout comme nos ancêtres les chasseurs cueilleurs, nomades, qui lorsqu’ils se sont sédentarisés (Ah c’est tellement beau le pays Basque, qu’on les comprend) ont tout simplement constaté qu’à l’endroit ou ils faisaient leur besoins , les plantes étaient plus grandes et plus belles que celles d’à côté. Bref… ainsi est né l’utilisation de nos productions quotidiennes pour enrichir les sols qui en retour vous offrent des plantes plus généreuses car bien nourries. Tout ceci vous sera admirablement bien expliqué dans les vidéos et lectures ci dessous.

Pour finir, afin que vous constatiez que tout ou partie de votre urine est ce qu’il y a de mieux pour vos plantes, on vous propose une petite expérience dont le coût s’élève à 5 €. Grâce à cette dépense, vous allez faire l’acquisition d’un goutteur solaire qui va vous permettre de mélanger un petit peu de votre urine avec de l’eau dans une bouteille et d’irriguer passivement une de vos plantes. Celle que vous voulez. Respectez le dosage conseillé et constatez. Vous deviendrez (si vous le souhaitez) à coup sûr comme nous, acteur d’un monde ou nous arrêtons de nous voiler la face par commodité et/ou ignorance.

Ci contre : image d’un ustensile permettant l’arrosage « goutte à goutte » de votre plante avec de l’urine diluée à l’eau.

A retrouver sur notre page Accessoires.

Et pour en savoir plus :

Retrouvez en cliquant sur ce lien une sélection de vidéos sur l’utilisation de l’urine au jardin : https://www.youtube.com/playlist?list=PLVLfoMWDepcPQdyzF9_i52m5jIPIIeDOM

Au travers de travaux menés par des chercheurs du programme OCAPI (Optimisation des cycles Carbone, Azote et Phosphore en ville) au sein de l’établisse LEESU (Laboratoire Eau, Environnement et Système Urbains), vous trouverez dans leur bibliothèque nombres d’articles passionnants dont voiçi le lien : https://www.leesu.fr/ocapi/bibliotheque/ et ci apres quelques article facile à lire que nous avons pioché pour vous.

La séparation à la source de l’urine. Fiche 4 pages du PIREN-SEINE, 2018

L’urine, de l’or liquide au jardin. Guide pratique pour produire ses fruits et légumes en utilisant les urines et composts locaux. Renaud de Looze, 2018, Terran

Conseils pratiques pour une utilisation de l’urine en production agricole. 2011, EcoSanRes

Quelle quantité d’urine utiliser pour fertiliser vos cultures de légumes ? OCAPI, 2019

Et si après avoir lu tout cela vous avez encore des interrogations vous pouvez consulter notre F.A.Q.